Importation & traduction

∴ Du japonais au français

Les premiers échanges entre le Japon et l’Occident se font à partir de la fin du XIXe siècle, lors de l’ouverture du pays au reste du monde. Depuis, la littérature japonaise se fait une place de plus en plus confortable dans nos librairies. Quant à la littérature jeunesse, les premiers livres japonais pour enfants que l’on a pu voir en français sont des contes traduits[1].

L’aspect moderne le plus visible de cette culture chez les éditeurs francophones est bien évidemment le manga[2]. Un certain nombre d’albums et de romans sont également disponibles chez les éditeurs et collections pour la jeunesse. Depuis quelques années, nous pouvons aussi compter sur les éditions nobi nobi! pour les albums illustrés, avec une majorité d’auteurs japonais même si leur catalogue compte tout de même quelques œuvres aux histoires simplement japonisantes.

Quant aux light novels, si on veut y goûter, il faut se satisfaire du maigre échantillon que nous possédons – en sachant que la plupart des longues séries sont abandonnées et donc incomplètes –, preuve s’il en fallait que ce mode de production de fictions n’est pas encore familier aux éditions francophones. De plus, des modifications sont souvent apportées du passage de l’édition originale à la version française : la suppression des illustrations et l’augmentation du prix. Ils connaissent un léger essor à travers les éditeurs manga qui publient des novellisations de leurs séries à succès (Naruto chez Kana, par exemple). Cette tendance s’est accrue et différenciée ces dernières années pour le bonheur des lecteurs. Mais la grande avancée dans la diffusion des light novels en traduction française, c’est à l’éditeur Ofelbe[3] qu’on la doit. Ce nouvel arrivé dans le circuit compte se spécialiser dans le domaine et a déjà entamé la parution de titres intéressants déjà réputés dans les communautés de fans sur le net.


[1] Michon Jacques et Mollier Jean-Yves, Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000 : actes du colloque international de Sherbrooke, 2000, Presses Université Laval, 2001, p. 464.

[2] Pour une histoire complète du manga, je renvoie à l’ouvrage de Jean-Marie Bouissou, Manga – Histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Arles, éd. Philippe Picquier, 2010. Pour des informations pertinentes plus brèves, vous pouvez vous diriger vers les sites des éditions Glénat Manga et Arte.tv.

[3] Jeune maison d’édition créée en 2014, en partenariat avec les éditions Ototo.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités